< !- span style="position:absolute;left=0px;top:0px" ->
Le BOMBARDIER de Mandello...


1100 GRISO:Pas pour les demi-portions!

Dès sa présentation son gabarit général, et encore plus, chacun de ses éléments d'accastillage semblant sortis d'un atelier de Géant, ont impressionnés.

Le large cache réservoir et ses écopes, l'échappement, le train arrière, tous participent à cette image.



N'ayant jamais conduit de GUZZI et trouvant la Bête; belle, mais impressionnante, je m'en ouvrais auprès d'un responsable du magasin MOTO GUZZI MARSEILLE, rendez vous des amoureux des Aigles Italiens.
"Jamais essayé une Guzzi?!" rendez vous est pris!

Ne jamais parler de ce que l'on ne connaît pas!

10 heures me voici au guidon de la 1100 Griso dans sa livrée rouge.
Au guidon...et quel guidon!


En fait celui ci, large, est très bien adapté à la tâche qui lui est confié.

En cela il me rappelle le montage d'un cintre d'enduro sur un V Max par un copain, j'avais trouvé le gros Yam ainsi gréé très agréable à emmener.

le démarrage se fait par une impulsion sur le bouton de démarreur qui se charge ensuite de tourner sans plus de pression jusqu'à ce que le bloc s'ébroue.

Première, la boîte se fait douce et saura le rester durant tout l'essai...voilà des idées reçues qui tombent...

Le couple de renversement se fait sentir lors d'un, bien inutile, petit coup de gaz à l'arrêt.
Mais cela permet de faire sonner l'échappement.
Le pot d'origine avait fait place à un adaptable qui sur cette machine semblait fluet.
Semblant très gros sur les photos, le silencieux de la marque est en fait en réalité bien dimensionné.

Après un petit tour en ville pour définitivement répondre aux doutes que le gabarit pouvait faire naître le verdict est là:bon équilibre.

Les 227 Kg à secs, se manient aisément, les commandes sont douces, le 1100 agréable.

Allons nous amuser sur les routes de l'arrière pays.
Le temps nous est compté, une portion d'autoroute va nous y amener.

Engagé sur la bretelle d'accès, rotation de la poignée dans la courbe, et...




Tel un bombardier lourd de la Seconde guerre mondiale, type Avro Lancaster, BROOAAAAA faisant jouer ses muscles en souplesse la Guzzi prend sa trajectoire d'envol: sereine et coupleuse.

Après les oscillations à l'arrêt dues au couple de renversement, l'architecture culbuté du moteur, la façon de prendre ses tours nous renvois à des sensations bien connues du monde de l'aviation.

La belle mérite ses ailes !

Le confort est excellent, surtout pour mon fessier plus habitué aux raides caféracer.

De plus par un étonnant concours de circonstances, ou un rare travail d'aérodynamique, malgré l'absence de saute au vent, aucune gêne n'apparaît jusqu'à prés de 140, 150 Km/h pour un pilote de ma taille: 1m 80

Enfin sortie de l'autoroute les virages sont au rendez vous.

Montée du Col de la Gineste, je redoute que la taille de la Griso rende l'exercice peu excitant.
Il n'en est rien!
Stable, maniable la partie cycle permet de profiter d'un moteur à la réelle personnalité.

La descente du Col me permettra d'apprécier aussi le savoir faire des freins sans reproches aux allures adoptées.
Naturellement un respect élémentaire m'empêchera de savoir si elle peut finir par racler là ...ou là!
Soyons sérieux ce n'est pas pour cela qu'elle a été pensée.

L'essentiel à retenir est qu'elle n'est pas avare en sensations.

Une pause me permettra de la détailler et d'apprécier tout le travail des designers.



Alternances de droites et de courbes...
La belle en impose.



Tiens, un cardan !
Il a su se faire oublier tout au long de l'essai:bon point.


Au final une bonne gueule, et une bonne machine.




Aujourd'hui elle est déclinée en 850(absence de radiateur) et annoncée en 1200 huit soupapes...



Si je devais résumer cette prise en main je dirais"que du bonheur!"

Pour l'acheteur qui prend le temps de la regarder , elle annonce la couleur et tiendra les promesses qu'elle fait.

En cela elle ne saurait décevoir quiconque sachant lire une fiche technique et ayant abandonné tout préjugés sur la marque.

Une sacrée machine!

Une fois n'est pas coutume, je remercie les établissement MARSEILLE MOTO GUZZI qui mon permis de découvrir le charme d'une Guzzi.
D'autant que ni mes finances, ni un garage déjà rempli n'augure du moindre achat!
Mais en toute connaissance de cause, pour faire partager leur amour du twin culbuté, cette Griso m'a été confiée, qu'ils en soient encore remerciés.

Pin Up

David Perry, photographe.

Plantons le décor



Sur Curve'n speed, les bielles et les belles vont de pair.

Aussi un bel hot rod sur le lac salé, une jolie paire de jambes on apprécie.
mais sous l'objectif de Perry, on adore.















La frange qui tue! Hello Miss Betty !


Jolie...lumière.


.&...

Valentine's Day ?

...Confortable le Top Fuel ?



Il y a du goût et du savoir faire dans une telle photo.

David Perry est passé par le Art Center College of Design et tient un appareil entre ses doigts depuis l'âge de 10 ans.

Et du goût, le garçon n'en manque pas.

Ses prises de vues se retrouvent dans Hot Rod Pin-up (Motorbooks 2005) et pour les amateurs de ZZ top feuilletez :Rock'n Roll Gearhead the Guitars & Cars of Billy F Gibbons (Motorbooks 2005)

Bécanes ?

Et les café racers ?

J'en vois qui réclame leur dose de Triumph et autres 900 SS aux guidons bas et aux twins musclés.

Alors juste pour le plaisir des yeux;
en bouclant la boucle avec le début de la pageMag de ce mois:
La Guzzi 850 le mans café racerisé d'Eric.
Je n'ai pu le rencontrer mais cela devrait pouvoir ce faire et...
Ce sera l'occasion d'un dossier plus complet sur la belle et les transformations qu'elle a subit.


Et pour se quitter dans le ton, ce mois ci...

Une pub comme on les aime:



Et pour ceux qui préfèrent les Anglaises, séquence ..atmosphère:
New York et Commando MK 2A

.Thanks Kenny

le site de Kenny

Au mois prochain,et ...
cultivez l'esprit et le geste.