< !- span style="position:absolute;left=0px;top:0px" ->


Monsieur HG. Wells prêtez moi s'il vous plait votre machine à voyager dans le temps.

Première étape les Années 30.

Le lieu: la Corniche à Marseille, la date : un après midi de semaine à la mi Janvier.(Vous noterez la couleur du ciel...et oui, mais nous le valons bien!)
L'année: à quelques détails prés les années trente...

Je dégustais les belles courbes de cette voie surplombant la mer sur mon Mostro, en 2012, quand je basculais dans la belle époque.
Sur le trottoir, qui sert de balcon tant aux façades blanches des riches résidences qu'aux promeneurs aux poches vides, un motard est penchée sur sa machine .
Plutôt que se perdre dans la contemplation des moutons courant sur le dos des flots azuréens il s'abîme dans l'examen attentif d'une bougie huileuse...

J'exerce une pression sur le levier de droite puis rétro, cligno et demi tour.
Un salut, les questions rituelles pour s'assurer que l'arrêt est bien motivé par une panne.
Ils sont rares les grands pervers qui démontent à chaud la bougie pour le plaisir.
A l'époque des cylindres à trous gavés à la TT Castrol spécial 2 temps, pour gagner quelques kilomètres heures ou sauver le moulbif, il arrivait que certains n'hesitent pas à se livrer à un tels sports.
Mais sur un 4 temps de l'entre deux guerres l'examen de la bougie est révélateur d'un ...arrêt intempestif.



Avec l'âge j'ai appris à ne pas ennuyer mon auditoire avec des propos définitifs gonflées à l'hélium de la certitude.
Je ne prétendais pas avoir la solutions aux difficultés du propiétaire de cette 350 BSA culbutée.
Confucius a dit : l'homme mets deux ans à apprendre à parler et tout la vie pour savoir se taire...
Je laissais donc le propriétaire supputé, ne lui apportant qu'un soutient moral et l'éventualité d'une petite poussette...

La machine et son cavalier se comprenaient suffisamment pour qu'une bougie neuve, emportée en prévision de l'événement, et quelques dizaines de coups de Kick redonnent de la voix au tandem qui pu reprendre la route.

Tout est bien qui fini bien... Je retournais alors en 2012.



Deuxième étape: les années 50. Jaguar modèle XK

La panne moteur est source d'émotions.
Sujet d'inquiétude dans un premier temps puis grand bonheur lorsque la mécanique s'ébroue de nouveau, fierté lorsque l'événement deviendra chanson de gestes aux étapes à venir avec les copains...

la panne peut nourrir tous les fantasmes.
Aussi je ne résiste pas aux plaisir de vous faire partager cette video mettant en scène une Jaguar, une belle femme et...une paire de bas.
Une route idyllique, une durite récalcitrante, mais le nylon qui gainait les jambes de soie va rendre la vie aux alignements de cylindres de la Jaguar et le sourire à la belle.



Si d'aventure vous vouliez voir la séquence sur You Tube.... CLICK ! !

Troisième étape: les années 50 toujours,

mais direction la Californie, Pasadena...
En 1935 une petite fille y voit le jour qui dans les Fifties sera sur plus de 300 couvertures de magazines: Betty Brosmer.

Une Pin Up qui sera la première à avoir su négocier des droits sur toutes ses images, jusqu'aux négatifs .

Et question image elle avait les qualités adéquates.
Sa taille incroyablement mince ne devait rien aux corsets d'autres belles.
Il s'agit là d'un sujet qui n'appelle pas de commentaire.
(Pensons à Confucius...)











Quatrième étape: les années 60 en Italie...

Chez Laverda on fabrique de la moto virile car on fait aussi dans la machine agricole.




Les Laverda: des motos qui étaient des caféracer dés la sortie de l'usine!



Une machine que j'avais déjà présentée...
Mais sous cet angle....j'en raffole !




Cinquième étape: les années 2010...

Sur toute la planète !

Du mono, du quatre, du Bi.

Il y en a pour tout les goûts, torréfié serré!





Là y a de l'ambiance!

Et, tout en respectant les mots de Confucius...!



Au mois prochain,et ...
cultivez l'esprit et le geste.