< !- span style="position:absolute;left=0px;top:0px" ->




Pourquoi ? Je ne sais pas....Mais comment...

Trop d'heures passées devant un écran pour essayer de parler de bécanes et de pin up.
Un air de rockabilly fait vibrer le caisson de basses et un maigre soleil d'hiver fait, lui, vibrer ce qu'il peut à la fenêtre...
Un click sur la pomme je ferme le Mac.

Je décroche le cuir,sort les bottes.
D'abord le silence des coursives.
Puis une bascule de l'interrupteur; Elle est là , elle m'attend c'est sûr.
Je recule ma 500 SR d'une main puis la béquille au centre du garage souterrain.
Je ferme mon box, la minuterie s'est éteinte: Noir.

Cuir noir, selle noire, caoutchouc noir, pneus, flexibles...Noirs.
Silence.
Rituel, zéro phare, coup de gaz à vide, starter, cale pied droit relevé, coup de kick.
Clack...
Second coup de kick.
Clack...
Troisième coup de ...le mono explose.
Toutes les portes d'acier des garages du parking souterrain lui répondent entrant en résonance.

Je laisse chauffer, calme.
Prendre son temps.
Prendre la voie d'accès qui mène à une lumière froide, un air piquant.
Lors des premiers mètres la vibration du mono me remonte dans les reins.
Je pense à ma femme.
Je pense à son plaisir sur son scrambler, je souris sous mon casque.

Rouler doucement.
Je serre ma moto entre mes jambes.
Au premier feu je jette un coup d'oeil à ma fourche, un doute....La direction est si légère.
Laisse, prend le temps, donne toi le temps...Et prends le.
Arrêt, pression des pneus, tout est OK.

L'aluminium des gardes boues portent des griffures, le vernis des caches latéraux est matifié par endroits.
Un peu de gras surligne la tête de quelques vis hexacaves.
Ce n'est plus une gamine, elle n'est pas sexy, elle est belle.

Une route, un col.
Je néglige le panorama sur ma droite. Un équilibre par essence précaire: Le sourire d'acceptation du funambule.
Heureux.
Laisser couler le temps de courbes en rétrogradage, de virages en réaccélérations.
Un bout droit, je ne tourne pas la tête, je préfère découvrir le paysage en cinémascope dans le bol chromé de mon phare.
L'aiguille de mon compte tour me donne le cap;
Un village, un croisement, une terrasse de café où j'ai d'autres fois déjà béquillé.
Aujourd'hui il est fermé.
Pause, silence, le portable: une photo.


Fermé, c'est un signe: roule.
Cinémascope: scéance 2.
Allez voir le film.

Moduler l'écoulemnt du temps à la rotation de la poignée de gaz.
Retour.
Couper le moteur; Silence.
Noir; La minuterie attend qu'on la réveille.
Se déplier.
Mes bottes seules résonnent dans le parking souterrain.
Ouvrir le box.
La rentrer une main sur le guidon, l'autre sur la selle.
Béquille.
L'acier cliquette dans le silence rendu par le monocylindre.
Un silence qui a la tiédeur un peu fade d'une dernière gorgée de bière.
Silence, calme.
Mon coeur bat doucement.
J'imagine le piston immobile.
J'éteints...Noir.



Travail d'orfèvre...

Christian Klein n'a pas réalisé un café racer.
Mais le travail d'épuration des lignes, la beauté plastique de l'ensemble qui fait écho à celle de chaque détail ne peut laisser indifférent.

Une occasion de plus de parler de certaines motos comme du travail des grands couturiers.
A ne pas mettre au coin de n'importe quel trottoir.









Au temps de l'huile de ricin...

La moto pour le motard, comme pour le reste des homo sapiens, c'est un creuset de sensations.
Pour celui qui enfourche une moto ce seront des vibrations, le froid, le chaud, le vent, la vitesse....
Pour celui qui regardera passer la machine et son pilote ce sera les lignes mais aussi le son et à une époque... une odeur...

Celle des huiles des Deux Temps.

La plus évocatrice de ces senteurs restera pour moi celle d'une note d'huile de ricin...
C'était l'atmosphère des Grands Prix...au coin de ma rue!

C'est cette madeleine de Proust qu'a fait resurgir en moi la photo d'un beau montage: un bloc de Kawasaki H2 dans un cadre Rickman.





Le hurlement d'un 2 temps dans les tours lâchant ses volutes odorantes....RHAAAAA !!



Salut, je te présente un pote...

La toile permet des rencontres de toutes natures.
Ainsi à l'occasion d'un courriel, d'une photo, j'ai connu le travail de Jean François.
Nous ne nous sommes jamais assis devant un boc mais un jour peut être l'occasion se présentera.
Cependant nous nous rendons visite chaque fois qu'il passe voir une page de Curve'n speed ou que je feuillette ses travaux photographiques sur son site.






Une petite visite de son site... CLICK

Foutraque Garage, ça résonne(et ça raisonne!) toujours!!

Allez, je vais vous parler d'un motard qui gagne à être connu...

L'année dernière je titrais dans le Mag de Septembre2009: "Super y'a de l'écho!"

Le site de Pierre, le FOUTRAQUE GARAGE, entrait dans mes bons coins.

Vous savez ces coins où on passe, on repasse, ces coins à virolos qu'on a parcouru plusieurs fois mais qui s'imposent de nouveau à vous quand vous cherchez ...un bon coin pour passer un bon moment.
Le foutraque garage en est un.



Promis juré on ne s'envoit pas des courriels pour s'entendre, on ne se copie pas non plus et pourtant...
J'y retourne tout récemment et surprise en trainant sur une page qui m'avait jusqu'alors échappé je m'arrête à la vue d'un ancien modèle de Mostro que j'ai eue.
Et là, surprise, Pierre fustige les démarreurs et leur mode d'emplois.
Plusieurs mois après je payerai la mienne sur le même sujet: Patron remets nous ça , s'il te plait!
Décidément si vous trainez régulièrement sur mes pages vous devez impérativement en faire autant au Foutraque Garage...

Les amateurs d'arts apprécieront ses pin up montages sur base de toiles de maîtres.



Et décidément il faut que l'on se pose pour de bon devant un verre.


Un tour au ... FOUTRAQUE GARAGE...Click


Et une video récuperée sur le foutraque garage pour les jours de neige(ne manquez pas les dernières secondes...vous pourrez même engueuler le caisseux...)
Il faut descendre jusqu'à la sixième vidéo de la page.
Elle s'intitule Woof spirit FOUTRAQUE GARAGE 2...Click

Tin machine: encore une petite cuilleurée de SR !

Japon...SR...L'esprit y souffle originellement.



2011

Bien 2011 prend la relève de 2010, c'est la saison des voeux.

Je vous souhaite les meilleurs.

La carte de voeux de cette année permettra à ceux d'entre nous qui n'ont pas la mémoire qui flanche de jouer au jeu des 7 erreurs avec celle de 2010 !




Au mois prochain,et ...
cultivez l'esprit et le geste.